À la rencontre des parlementaires creusois

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

La section des Anciens Exploitants de la Creuse a rencontré les parlementaires creusois pour exposer leurs revendications.

Le 21 décembre 2017, une délégation des anciens exploitants de la Creuse a été reçue par le sénateur Jean-Jacques Lozach, le sénateur Éric Jeansannetas s’étant excusé car ne pouvant se libérer à cette date. Plus tard, lundi 5 février 2018, les retraités agricoles ont profité d’une rencontre à la préfecture pour interpeller à son tour le député Jean-Baptiste Moreau sur la condition de vie des retraités agricoles en secteur rural. Lors de ces deux rencontres, différents sujets ont été exposés aux parlementaires : désertification médicale, accès à Internet et la dématérialisation, apprentissage de l’informatique, petites retraites agricoles ne permettant pas de vivre dignement en milieu rural. « Avec une retraite à 800 euros par mois, comment voulez-vous payer une maison de retraite à 2 000 euros par mois ? » s’exclame Gérard Laverdan, président des anciens exploitants de Creuse. Il faut que les collectivités mettent en place des aides pour améliorer l’habitat et étendre l’accès à Internet sur l’ensemble du département. Il est urgent et nécessaire de réformer le système français des retraites pour aboutir à un régime unique. Avoir obtenu 75 % du SMIC pour une carrière complète n’est pas satisfaisant pour les retraités agricoles. Ils demandent 80 % du SMIC pour les 25 meilleures années, comme c’est le cas pour les salariés. Ceci bénéficierait à tous les non-salariés agricoles (aides familiaux, conjoint(e)s et chefs d’exploitation). À leur époque, beaucoup ont commencé à travailler à 15 ans sans être connus de la MSA. 

Les anciens exploitants sont également en attente, comme les actifs, des résultats des États Généraux de l’Alimentation. Actuellement les agriculteurs ne disposent pas d’un revenu (environ 350 euros/ mois en 2016) leur permettant de cotiser suffisamment pour avoir une retraite décente. 

MR

 

Bienvenue en Creuse

Toutes les émissions dans la médiathèque