La section bovine de la FDSEA fait un point sur les dossiers

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Sécheresse, plan d’urgence, cours, actions syndicales, les membres du conseil d’administration de la section bovine de la FDSEA sont largement revenus sur les dossiers marquants de l’actualité.

L’occasion pour chacun de faire un point sur la situation dans son canton et de faire remonter les demandes du terrain.

Sur la sécheresse, force est de constater que les pluies de début août ont tout juste permis un léger reverdissement. De nombreux ruisseaux sont toujours taris et les problèmes d’approvisionnement en eau se posent de façon très prononcée dans certains secteurs. Les engraisseurs s’inquiètent d’autant que les maïs ont certainement le plus souffert des conditions climatiques et que les récoltes s’annoncent catastrophiques. Le Président de la section, Christian Arvis, a indiqué une aide du Conseil Départemental à venir, notamment sur les achats de semis de prairies et les dérobées avec effet rétroactif. Les modalités ne sont pas encore connues et l’attribution d’une enveloppe exceptionnelle devrait être votée en séance plénière du 13 octobre. La possibilité de mettre également une aide sur les hectares de maïs est à l’étude.

A ceci s’ajoute une conjoncture des cours de la viande peu réjouissante et ce malgré les accords du 17 juin. Si sur la voie « femelles », des augmentations ont pu être constatées, le JB est loin d’atteindre les hausses prévues dans les accords. Pour le Président de la section bovine, il y a de la redistribution de marges à faire au sein de la filière comme l’a démontré le rapport Chalmin sans pour autant impacter le prix payé par le consommateur. Il faut également selon lui conduire un travail de fond sur les charges en France, notamment les charges sociales.

Enfin, un point a été fait sur la cellule départementale d’urgence qui s’était réunie la veille. Les membres ont évoqué une aide plutôt répartie en fonction des UGB, ce qui semblerait plus équitable. Quoiqu’il en soit, l’obtention d’une rallonge reste indispensable au regard de la crise traversée pour qu’aucun agriculteur ne soit écarté.

Bienvenue en Creuse

Toutes les émissions dans la médiathèque