Comité sécheresse 2ème round

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Le Préfet de la Creuse, Philippe Chopin, avait convié mercredi 28 octobre, lors du comité départemental d’expertise des calamités agricoles, les représentants de la commission sécheresse à participer aux travaux des dossiers de reconnaissance.

Deux dossiers sont en cours, et seront traités à deux dates différentes car correspondant à deux enveloppes distinctes : le dossier fourrager et le dossier des productions annexes (châtaigneraie, myrtilles, pépinière, pisciculture, noisettes).

La réunion a débuté avec le compte-rendu des missions d’enquêtes effectuées sur le département les 2 et 14 septembre derniers par la Direction Départementale des Territoires, accompagnée des représentants de la chambre d’Agriculture et des syndicats agricoles. Le bilan qu’il en est ressorti est que la situation de sécheresse était homogène sur l’ensemble du territoire, avec une repousse de l’herbe inexistante et une forte inquiétude sur les récoltes de maïs à venir (qualité médiocre, présence de chardon et un rendement inférieur de 40% à la moyenne), c’est révélé exacte au vu des récoltes.

Afin de défendre un dossier précis devant le CNGRA* du 25 novembre, la DDT a recherché des données indicatrices provenant de Météo France pour alerter Paris sur l’importance de la reconnaissance en calamité agricole pour le département. L’année 2015 étant en 3ème place des années les plus sèches, alors que l’année 2011 quant à elle, n’est qu’au 6ème rang du classement, ce qui démontre bien qu’une telle situation est exceptionnelle. Les sources et les cours d’eau sont toujours au plus bas. L’indice d’humidité des sols de fin juillet et l’évapotranspiration très importante de cet été confirment les revendications des agriculteurs. Ces éléments seront primordiaux pour pousser le dossier à être reconnu en calamité agricole suite à la sécheresse 2015. Bernard Parry, représentant de la FDSEA, tient à préciser : « En 20 ans de commission sécheresse, c’est bien la première fois que je vois un dossier aussi complet ». D’où son incompréhension, comme l’ensemble de la profession, lorsqu’ il a vu le dossier de reconnaissance pour le département ajourné.

Pascal Lerousseau a rajouté « surtout quand tout au long de l’été, différents médias n’ont cessé de répéter que le département de la Creuse était le plus touché par la sécheresse ».

Dans le but d’affiner le dossier pour son prochain passage en commission, il a été décidé un zonage du département. M. le Préfet, a proposé un découpage du département en deux zones en fonction de la pluviométrie entre juillet et août, l’une en dessous de 500mm et l’autre au-dessus.

Toutefois, il faut rassurer les agriculteurs, il n’y aura pas de fortes différences entre le niveau d’indemnisation des deux zones. Les JA ont tenu à rappeler que le paiement des indemnisations, une fois le dossier accepté, devra être rapide. Un délai de trois mois serait trop long : les exploitations n’ont plus de trésorerie et les stocks de fourrages, dont la récolte a été limitée par la sécheresse, sont déjà bien entamés à cause d’une repousse moindre.

Productions annexes

Les productions dites annexes tels que les châtaigneraies, pépinières, piscicultures, producteurs de petits fruits rouges et de noisettes, disposent de leur propre dossier pour faire reconnaître leurs pertes. Cinq exploitations ont été visitées les 26 et 27 octobre, les pertes sont visibles dans chacune d’entre elles, dans des proportions variant de 30% à 70% en fonction des productions.

Ce qui a souffert, ce sont tous les plans mis en terres cette année et qui ont cruellement manqué d’eau pour pousser ou s’implanter correctement. Les poissons ont vu le niveau des cours d’eau et des étangs fortement diminués ce qui a perturbé leur période de frai (reproduction) et provoqué des mortalités à cause des fortes températures.

Les deux dossiers seront traités à des dates différentes mais sont tout de même extrêmement liés.

La profession, par la voix de ces représentants, a tenu à rappeler l’importance de la reconnaissance de ce dossier sécheresse. Avec la crise sans précédent dont est victime le monde agricole, le moral des agriculteurs est plus bas de jour en jour. Une bonne nouvelle serait la bienvenue pour leur redonner un peu de souffle.

 

*CNGRA : Comité National de Gestion des Risques en Agriculture

Bienvenue en Creuse

Toutes les émissions dans la médiathèque