Encore quelques éléments en discussion

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Alors que le département est depuis juin 2014 sans Schéma Départemental de Gestion Cynégétique (SDGC), l'actuel Préfet, Philippe Chopin, a tenu à réunir l'ensemble de la profession agricole (syndicats et chambre d'agriculture), les forestiers et les représentants des chasseurs dans le but de se concerter et d'aboutir à l'adoption d'un nouveau Schéma.

Si chacun s'est accordé à dire qu'il fallait travailler en collaboration pour trouver des compromis et des ententes, de nombreux points depuis longtemps sensibles n'ont toujours pas trouvé de réponse tranchée en fin de réunion.

Cerfs :

Pour la profession, tout animal en dehors du PGCA (Plan de Gestion Cynégétique Approuvé) doit être abattu sans restriction (pas de système de points).

Côté chasseurs, on propose plutôt d'étendre le PGCA à l'ensemble du département afin d'avoir une gestion harmonisée sur tout le territoire.

Chevreuils :

L'inquiétude est grande chez les forestiers au regard du nombre de demandes de bracelets jugé en baisse.

Sangliers :

Les syndicats agricoles et la chambre d'agriculture ont rappelé leur demande d'élargir la possibilité de chasser en ouverture anticipée le samedi, en plus du dimanche. L'importance de chasser l'espèce jusqu'à la fermeture effective de la saison et l'assouplissement des règles régissant la chasse sur la neige ont également été évoqués. Le souci est surtout de trouver le moyen d'inciter les ACCA à aller dans le sens de ces deux attentes de la profession agricole.

L'agrainage :

La demande des représentants agricoles a été réitérée à savoir, la suppression de l'agrainage. Toutefois, face à la réticence des chasseurs, il a été proposé de faire un essai sur 2 ou 3 ans pour voir si cette suppression avait de réelles incidences.

Les chasseurs sont restés eux sur leur position arguant l'efficacité dans certains secteurs d'un agrainage mais convenant malgré tout de la nécessité d'une transparence sur la pratique. Si la profession peut entendre ce message, elle a tenu quand même à le modérer en indiquant qu'un agrainage doit être réalisé selon des règles précises et sanctionné par les représentants de l'Etat en cas de non-respect ou de dérive.

La DDT fera dans les prochains jours la synthèse des propos de chacun et soumettra de nouveau à la même commission ses conclusions pour débat.

aller plus loin

Les dernières publications :

événements

  • {0} - {1}

Bienvenue en Creuse

Toutes les émissions dans la médiathèque